Introduction

En compléments des différents articles que nous avons déjà écrit pour préparer les futurs étudiants d'ING1, ainsi que leurs Parents d'Epitéens, à cette année si particulière qui "forge" les futurs diplomés de l'EPITA, nous avons senti le besoin de vous faire une petite compilation de témoignages de Parents d'Epitéens et d'Epitéens qui sont passés par là.

Nous recommandons à tous nos membres concernés de lire nos articles "introductifs", qui eux même pointent sur certains de nos articles plus détaillés : Puis, une fois bien installé dans le rythme d'ING1 (si si c'est possible), nous avons compilé pour vous une série de sujets autour de l'article introductif "Point d'étape en fin du premier semestre ING1"

Comme me l'a très bien dit un Papa d'Epitéen : "Les études de mon premier fils à l'EPITA ont été un vrai parcours du combattant, avec de grandes périodes de doutes et surtout de stress. Il a maintenant son diplôme, et il est finalement très content. Son frère l'a suivi à l'EPITA avec quelques années d'écart. Notre second fils a potentiellement moins de facilité que son ainé et 'galère' en ING1 notamment sur ses projets. Mais du fait que nous connaissons l'école et ses particularités, nous sommes beaucoup plus sereins et cela se passe beaucoup mieux tant pour lui que pour nous. Son frère aîné lui donne régulièrement des conseils, qu'il aurait bien aimé avoir à son époque."

Tout le monde n'a pas la chance (?) d'avoir deux enfants qui se suivent à l'EPITA. Mais notre communauté du blog a la chance de regrouper des centaines de membres qui ont collectivement du faire face à presque tout ce qui attend nos jeunes Epitéens. Toute la logique de notre blog est de mettre à votre disposition ces différents retours d'expériences, complétés d' articles de fond vous permettant d'anticiper enjeux / difficultés.

Commençons par les conseils de Rachida, la jeune diplomée de la promotion 2013 qui a accepté de s'impliquer significativement dans notre blog.

Nous continuerons par une compilation de retours d'expériences de membres de notre communauté, commentés si besoin par notre Comité de Rédaction. Cette compilation est construite à partir des réponses à un petit questionnaire envoyé à tous nos membres des promotions 2018 / 2017 et 2016. Ce questionnaire posait 4 questions simples :
  • Avez-vous des messages / conseils clefs que vous souhaiteriez donner à un ami qui rentrerait en ING1 à la prochaine rentrée ?
  • Avez-vous des messages / conseils clefs que vous souhaiteriez donner à un Parent d'Epitéen dont l'enfant rentrerait en ING1 à la prochaine rentrée ?
  • Quels sont les sujets à bien anticiper / organiser avant la rentrée d'un étudiant en ING1 début Septembre ? Avez-vous un retour d'expérience à partager sur ce sujet ?
  • Quels sont les conseils clefs pour les 4 premier mois d'ING1 ? Quel est le rôle d'un Parent d'Epitéen sur cette période ? Avez-vous un retour d'expérience à partager sur ce sujet ?
     

Conseils / retours d'expérience d'une Diplomée de la 2013 :

GLP1/GLP2 :

Note du blogueur : GLP est le code pour le module "Génie Logiciel et Programmation". Il regroupe différents projets informatique d'ING1. GLP1 est le module du 1e semestre, GLP2 celui du 2e semestre
Une année difficile mais formatrice avec l'acquisition de nombreux concepts et langages.
Il faut avoir la motivation pour tenir une année car même si des hauts et des bas sont possibles il faut arriver à puiser dans ses ressources pour conserver une certaine constance.
La piscine est un moment clé de l'EPITA à faire bien sûr mais en relativisant aussi compte tenu du coefficient très faible par rapport à l'ensemble du GLP1.
J'ai eu quelques difficultés sur deux projets en équipe majeurs ce qui m'a valu les rattrapages de GLP1, beaucoup moins au GLP2.
Pour ce qui est du GLP2, le nombre de projets en équipe est encore plus important que pendant le premier semestre.
Plus ou moins difficile donc selon les groupes (le plus souvent constitués de manière aléatoire).
A savoir qu'un échec de GLP2 a moins d'impacts qu'un échec de GLP1 + rattrapages.

EPITA est une école rigoureuse pour ce qui est des enseignements informatiques.
Une simple erreur de rendu (ex : erreur dans le nom d'un fichier, oubli de supprimer certains fichiers avant le rendu) peu valoir un 0 et c'est le genre de cas dont on se souvient quand ça arrive !
Il faut donc bien connaitre les règles à respecter avant de rendre le projet informatique, et consacré le temps nécessaire pour bien les appliquer. 

Aujourd'hui même si je ne travaille pas directement dans l'informatique pure et dure, j'ai la capacité de pouvoir comprendre (voire corriger) le travail des équipes de développement avec lesquelles je travaille.
Donc même si on a quelques difficultés au cours de l'année il faut avant tout chercher à comprendre les concepts clés qui pourront resservir par la suite.

Cours magistraux (type maths, THL, Réseaux, ....) :

Pas de problème majeur sur l'ensemble des matières.
Pour ma part, j'assistais à TOUS les cours magistraux et ensuite avant chaque partiel j'organisais des séances de révision pour une dizaine d'étudiants avec les scans de mes cours + des épreuves types trouvées sur mastercorp que je refaisais devant eux.
Alors oui, cela m'a pris énormément de temps sur le peu de temps libre que l'école accorde et oui, j'aurai pu avoir quelques heures de sommeil en plus quand certains de mes amis en profitaient pour recharger leurs batteries mais à contrario quand j'ai eu besoin d'aide pour mes révisions de GLP1 je n'ai pas eu à chercher bien loin.

Je pense qu'il ne faut pas hésiter à s'entraider en fonction de ses capacités car l'une des clés de la réussite dans une école comme EPITA c'est le travail en équipe.
Et je pense que c'est une qualité essentielle ensuite dans la vie professionnelle quelle que soit la fonction exercée.
Pour ceux qui étaient en prépa EPITA, normalement ils doivent déjà avoir leur réseau.
Par contre, je comprends que cela soit plus dure pour les entrées parallèles.

Ce que je recommanderai aux futurs étudiants d'ING1 ?

Dès le départ, si un groupe d'ami est déjà formé, il faut essayer de s'organiser pour être sûr de couvrir au moins toutes les matières. Si un coup de fatigue se fait ressentir chez l'un alors un autre doit savoir prendre le relais et en faire bénéficier les autres.
Pour les projets, demander un maximum d'aide aux ACU puis YAKA et s'ils ne sont pas disponibles (ou pas suffisamment compétents...), se rapprocher des "meneurs" de la promo et ne pas hésiter à demander de l'aide (même s'il faut un peu sortir de sa zone de confort pour cela...).
En cas de soucis, en parler avec les délégués même s'il n'y en a que 2 par amphi.
Si c'est un problème spécifique dans une matière, ne pas hésiter à aller voir les enseignants en fin de cours, certains sont très à l'écoute et apprécient de voir un étudiant ayant des difficultés mais qui cherche à s'en sortir.
Quoi qu'il en soit en cas de jury par exemple, il est bon d'avoir été bien vu au cours de l'année.

Ce que je recommanderai pour les Parents des futurs Epitéens d'ING1 ?

Mes parents habitaient dans le sud du 13è à 15min de l'école donc j'avais l'occasion de les voir souvent.
Mais il m'est arrivé parfois de rentrer juste pour prendre une douche et me changer avant de retourner à l'école.
J'ai apprécié de ne pas être harcelée de questions en rentrant et de pouvoir trouver une petite attention supplémentaire lorsque j'en avais besoin.
Un plat, un coup de téléphone (rapide) ou même un simple sms pendant les périodes de rush, ... sont autant d'éléments qui permettent de rassurer un étudiant, même s'il ne faut pas trop en faire.
 

Compilation des conseils / retours d'expériences de notre communauté

Ces commentaires sont un mélange de conseils / retours d'expériences de Parents d'Epitéens et d'Epitéens. J'en ai commenté certains, mais je trouve que la lecture des commentaires bruts est très enrichissante.
 

Messages / conseils clefs pour ceux qui vont rentrer en ING1 à la prochaine rentrée :

  • "Il faut qu'il se renseigne, à l'avance, de comment ce passe l'ing1. L'ing1 est une année difficile pour un étudiant, il aura beaucoup de pression et dormira peu durant le début de l'année (surtout en piscine) à cause des différents projets en plus des cours."
    YES ! J'espère que notre blog aura un peu aidé. Mais il y a tant à dire. On en a gardé beaucoup pour "distiller" tout au long de l'année...
     
  • "Il faut avoir commencé à faire de la programmation en C. Les bases du C seront vues durant la piscine mais c'est un vrai plus d'avoir déjà pratiqué, et de bien les maîtriser."
    Cet avis est remonté par plusieurs étudiants en fin d'ING1.
     
  • "Mon seul conseil pour les étudiants qui rentrent en ING1 c’est d'habiter à proximité de l’école , c’est indispensable". 
    Soit on habite à 10/15 min, soit on habite pas trop loin (pas à plus de 45 min ?) et on a un ami / une chambre d'hotel pour la piscine / les rushs + un abonnement taxis pour les retours très tardifs (type en plein milieu de la nuit). 
     
  • "La piscine vaut le coup d'être vécue car elle laisse de bons souvenirs, mais rester lucide malgré la pression et les mauvaises notes; préserver sa santé."
     
  • "Ne pas stresser sur les notes de programmation, le but est d'apprendre et il y a des rattrapages très abordables pour quelqu’un ayant travailler sur tous les projets."
     
  • "Trouver un logement proche de l'école : absolument indispensable"
  • "Logement le plus proche possible d'Epita Kremlin Bicêtre,moins d'une demi heure en étant bien desservi (fréquence et circulation jusque tard dans la nuit) par bus ou métro proche de l'appartement.
    Anticiper le logement pour la piscine tout tout proche d'Epita : logement chez les amis, chambre d'hôtel à plusieurs. La proposition faîte par Epita de dormir à l'école en 2015 n'est pas la plus optimale de part les contraintes horaires"
  • "Je conseille aux étudiants de ING1, de s'organiser suffisamment tôt pour réserver une chambre dans la résidence située près de l'école. C'est indispensable de se loger au plus près de l'école."
  • "Il faut trouver un logement près de l'école (à moins d'une heure). Cela est primordial dans le sens où l'étudiant restera jusque tard à l'école pour travailler ses projets, il doit donc pouvoir rentrer chez lui à n'importe quelle heure s'il veut pouvoir se reposer un minimum."
     
  • "Le travail en groupe est primordial à Epita, les projets ne sont pas toujours réalisés avec les même personnes et le même nombre de personnes. Conserver un groupe d'amis à qui se référer, pour les cours, les révisions, un coup de blues."
     
  • "S'attendre à un travail intensif sur plusieurs mois, sans temps morts ou très peu (peu de week-end sont libres), même si le niveau connaissances est bon."
     
  • "Pour ceux qui ont envie d'anticiper: avancer le C++, il existe des livres ou des cours sur internet, car c'est un gros morceau du S1 de ING1"
  • "Anticiper si possible la révision, le perfectionnement des langages informatiques avant la piscine (Philippe tu parlais du C++, il me semble et d'autres peut être, là je laisse les spécialistes préciser !)"
     
  • "Ce que tu vas vivre est hors normes. Profites en pour jouer le jeu, c'est bien plus fun.
  • "Même en cas d'incendie ou de météorite, penses à verrouiller ta machine quand tu pars, même seulement dix secondes."
  • "Envoies ton travail (fais un push) régulièrement."
  • "Evite les kebabs/la cafette. L'idéal c'est des plats maison en tupperware (ou rentrer se faire à manger chez soi pour ceux qui habitent près de l'école)."
    Ces conseils, qui viennent d'un étudiant ING1 de la promotion 2018, sont parfois surprenant, mais clairement ils "sonnent très vrai".
     
  • "Si je devais résumer, je donnerai 3 conseils majeurs :
    • Ne jamais se laisser démoraliser par ses notes / son classement et toujours se donner à fond.
    • Le moral prime toujours. En cas de gros coup de déprime, ne pas hésiter à en parler. Si la charge de travail est trop lourde, il faut accepter de ne rien rendre / rendre un truc minimal et se prendre des vacances car l'école n'en donnera pas.
    • Toujours avoir un pied à terre proche d'EPITA. Avoir son appartement sur place est idéal, avoir un ami qui peut prêter un lit est essentiel. J'ai dû dormir moins de la moitié de l'année dans mon propre lit en Ing1 " 
       
  • "S'accorder des temps pour dormir, manger et ne pas vouloir "trop" bien faire d'emblée car sinon l'épuisement est proche."
     
  • "Rester motivé malgré les difficultés"
     
  • "Ne jamais baisser les bras, quoi qu'il advienne"
     
  • "Refaire les annales des années précédentes pour bien gérer les partiels fonctionne très bien à Epita."
     
  • "Ne pas espérer sortir, avoir des week-end, ou même des soirées pendant un an, prévenir son entourage que l'on ne sera plus ou très (très très) peu disponible pour l'année à venir."
     
  • "J'ai lu dans l'un des documents disponibles sur le site qu'il était conseillé de venir à tout les cours, je ne suis pas vraiment d'accord...lorsque l'on est pas spécialement doué, il faut souvent faire des choix entre les différents projets et les cours si l'on veut rendre un travail correct concernant les projets. Certains cours se valident facilement aux partiels en travaillant bien les annales (réseau notamment, mathématiques...) il m'est arrivé d'avoir plusieurs fois au dessus de 15 sur des partiels ou je n'ai pas mis une seule fois les pieds en cours (mais je ne sais pas si c'est très avouable :)) C'est l'un des côté frustrants d'Epita en ING1 : beaucoup de projets et de cours sont passionnants, mais si l'on veut survivre au niveau des notes, il arrive un moment ou l'on doit faire des choix.."
     
  • "Habiter à côté si possible, je suis à une heure et c'est vraiment, vraiment galère."
     
  • "Le réseau est très important aussi, arrivant d'admission parallèle, je ne connaissais personne et je suis arrivé dans une promo ou tout le monde se connaissait déjà, les premiers mois furent vraiment compliqués avant de me constituer un groupe ! C'est TRES important. Beaucoup de projets se font en groupe, et si vous n'avez trouvé personne avec qui vous mettre, on vous mettra au hasard avec d'autres personnes dans le même cas que vous, ces autres personnes étant pour la majorité des personnes non sérieuses/ayant carrément abandonné l'école/etc (vécu sur tous les projets ou j'ai été mis au hasard.)"
    ​​
  • "- Pour la piscine, il faut vivre à fond cette expérience, surtout ne pas abandonner. Ca apporte certes beaucoup de connaissances mais surtout on apprend à se connaitre (capacités de travail, capacité à supporter un rythme excessif etc..).
    - Pour le premier semestre, il faut garder un rythme soutenu en faisant son maximum pour réussir les projets. Donner beaucoup d'importance au C++ qui arrive à partir de décembre.
    - Pour le second semestre, l'idéal serait de continuer sur le même rythme dense jusqu'à l'atelier Java. Le projet Tiger est à prendre au sérieux car coefficient important. 
    Au final, il faut se laisser porter par ce que les assistants nous demandent, ils sont la pour nous aider à réussir."

Messages / conseils clefs que vous souhaiteriez donner à un Parent d'Epitéen dont l'enfant va rentrer en ING1 à la prochaine rentrée :

  • "Il est temps de laisser votre bébé grandir, vous ne comprendrez pas ce qu'il fait, et lui demander ses notes (surtout en programmation ou les zéro arrivent vites) vous stressera (et lui aussi) plus qu'autre chose! Ayez confiance."
    Soit. Sauf qu'il y a chaque année des abandons et des redoublements. Environ 10% par an. Donc en tant que "responsable financier" comme le dit l'école, et encore plus en tant que Parent d'Epitéen, la confiance nécessite aussi présence et un minimum de "contrôle". Si nous avons collectivement investi du temps à faire ce blog, et à partager librement nos expériences, c'est bien pour fournir à un maximum de Parents d'Epitéens (et d'Epitéens) certaines clefs permettant de mieux comprendre / mieux accompagner nos étudiants. En espérant que cela pourra aider un maximum d'entre vous à mieux vivre cette expérience...
     
  • "La piscine est certes intensive, mais surtout ne pas se focaliser sur les notes qui ont un très faible coefficient. Participer au we d'intégration qui suit malgré la fatigue, la cohésion du groupe est renforcée et les bons souvenirs sont là.
    Faire les courses, remplir frigo et placards. De la nourriture 'longue conservation' comme plats préparés frais qui sont somme toute équilibrés, pratiques et pas mauvais pour certains, qui se réchauffent au micro-ondes. Des fruits frais, fruits secs, barres protéinées.
    Le trimestre s'enchaîne vite après"
    Il est amusant de voir le nombre de commentaires sur la logistique / les courses. Je connais des Parents qui viennent chaque semaine remplir les frigos / placards et "échanger le linge". Je comprends en effet qu'avec les horaires faits par les étudiants certains jours, les courses sont difficiles à gérer. Mais je ne voudrais pas que les Parents d'Epitéens qui habitent loin culpabilisent. Ils / elles sont grands : ils s'en sortiront ! Par contre j'adore l'idée de 'nourriture longue conservation'... 
     
  • "Ne vous inquiétez si votre enfant donne peu de nouvelles."
    Je pense en effet que c'est la norme. Il faut travailler le "lâcher prise". Mais attention, "peu" ne veut pas dire "pas"...
     
  • "Parlez toujours à votre enfant avant d'appeler l'école."
    100% en phase. Pour le cycle ingénieur la clef est de responsabiliser les étudiants. Toute démarche incluant des Parents d'Epitéen est à valider avec l'étudiant concerné, et à murir car elle ne sera pas forcément bien vue par différentes personnes de l'école.
     
  • "Rappelez régulièrement à votre enfant que la santé c'est important, que c'est plus important que rendre son projet."
    100% en phase. Je connais par exemple  une étudiante de la 2018 qui est tombée malade du fait de sa très grande fatigue de mémoire en Novembre, juste pour le projet avec le plus gros coefficient du fameux module "Génie Logiciel et Programmation" du premier semestre (le fameux GLP1). Du coup projet raté (compréhensible quand on a une grosse grippe), et rattrapage super stressant en Avril qui n'a fait que rajouter du stress au seconde semestre... 
     
  • "Quelque soit la distance, vous n'aurez que peut de prise sur l'emploi du temps de votre "étudiant"; mais votre présence encourageante par tous les moyens sera apprécier, privilégier les moyens écrits: SMS, mails, skype...(sans attendre de réponse) il ne sera pas souvent dispo pour une conversation téléphonique.L'alimentation et le sommeil seront en vrac, mais il est jeune et s'en remettra, pourtant s'y vous pouviez remplir son frigidaire de temps en temps ce serait bien. Un équilibre difficile à trouver de présence discrète, bon courage."
     
  • "C'est une année très dure. Pour les parents qui vont tout contrôler, il va falloir lâcher du leste. Il est bien de prendre des nouvelles régulièrement pour le moral de l'étudiant (qui en prend un coup). Il faut au maximum alléger la charge de l'étudiant, ne pas l'accabler car ses notes sont mauvaises, toujours chercher à remonter le moral.
    Un conseil que je donne et que j'applique souvent n'est pas de demander à l'étudiant ses résultats mais de lui demander s'il se donne bien à fond et bien accentuer que ce qui est important ce sont ses efforts et son travail plus que les résultats."
     
  • "Dans ses mauvais moments, il n'est pas rare que l'étudiant cherche le conflit juste parce qu'il est fatigué / qu'il en a marre. Dans ces cas là, je lui demande simplement si quelque chose le tracasse ou s'il préfère que je raccroche (s'il vit ces appels comme une punition, il n'appellera plus)."
     
  • "Tenter de les soutenir du mieux possible.... repas, logistique s'ils ont la chance d'être proches"
     
  • "Se préparer à passer des moments difficiles (l'année est aussi très dure pour les parents !!) et avoir conscience de ce qui les attend : il est plus facile d'accepter tout cela lorsque l'on est au courant"
     
  • "Ne pas le harceler de questions concernant les notes/résultats, quand on est toute la journée la tête dans l'ing1, on préfère parler d'autre chose quand l'on voit ses proches pour se changer les idées. Surtout quand les résultats sont mauvais, ce qui est courant.."
     
  • "Il ne faut pas encourager l'enfant à se rebeller. Il faut l'encourager à rester motiver, à travailler même si cela peut être difficile. Certes les pratiques ne sont pas éthiques mais c'est juste une période très fatiguante à passer."
     

Sujets à bien anticiper / organiser avant la rentrée d'un étudiant en ING1 début Septembre :

  • "Bien organiser ses courses est primordial, vu le peu de temps libre, une armoire bien remplie de nourriture à faire rapidement est une bénédiction ! (Attention : nourriture rapide oui, mais saine c'est mieux, beaucoup de gens prennent/perdent du poids en ING1). Se préparer à dormir peu est inutile, ca sera dur pour tout le monde, profitez plutôt de vos famille/amis avant la rentrée !"
    Contrairement à ce qu'on pourrait croire, ce conseil vient d'une Epitéenne de la promotion 2016. Intéressant que ce soit sa seule recommandation sur ce sujet... Merci à elle !
     
  • "Préparer sa piscine me paraît être une bonne idée. Avoir un plan d'action au niveau de la nourriture (il est vital d'éviter les kebabs à cette période) et au niveau du sommeil (un ami, epidodo, etc...)."
    Et je rajouterai ne vous épuisez pas à la piscine. Dormez plusieurs heures par nuit. Car ce ne sont pas 2 semaines intenses qui vous attendent, mais plusieurs mois non stop. Donc évitez de sortir des 2 premières semaines épuisés, et gardez des forces pour les 40 qui vont suivre.
     
  • "Bien profiter des vacances jusqu'au dernier moment, elles vont vous manquer terriblement après."
    OUI ! Après je comprends que vous aurez 1 ou 2 semaines fin Décembre, et potentiellement le mois d'Aout. Ce qui revient finalement aux bonnes vieilles 5 semaines de vacances par an. Mais attention : n'espérez pas faire les 35h. Normal il n'y en a que 24 par jour. 
     
  • "Mettre un place un logement, au moins pour la piscine et/ou un moyen de transport à toute heure du jour et de la nuit. Prévoir un duvet pour dormir chez les copains..." 
    Certains vont jusqu'à réserver une chambre d'hôtel juste à côté de l'école pour la piscine et pour les rushs, quitte à la partager à plusieurs.
     
  • "Il faut bien s'assurer que l'étudiant ait un pied à terre autour de l'école. S'il n'a pas fait la prépa, il ne connaitra personne. Dans ce cas, il faut l'inciter à intégrer les forums / groupes d'étudiants. Au pire des cas, lister les hôtels sur place." 
     
  • "L'organisation pendant un an, le logement, la lessive, la nourriture, la logistique, les papiers....Si l'étudiant(e) à un(e) copain/copine, la "préparer"(les cas de ruptures en ING1 à cause de l'ING1 sont fréquents) dans la mesure du possible.. dans l'idéal faire en sorte que les rares moments de temps libre de l'étudiant ne soient pas perdus pour une mauvaise organisation des premiers points cités."
     
  • "Essayer de trouver un appartement à proximité de l'école. Personnellement, j'ai dormi chez un ami durant la piscine et les rushs et ca s'est bien passé. Se reposer avant la piscine sinon rien est à préparer."
     

Conseils clefs pour les 4 premier mois d'ING1 :

  • "Restez motivé et se faire des amis. L'entraide est capitale sur cette année autant sur le plan technique que psychologique (quand on voit ses amis "galérer" autant que nous, ça rassure ), alors n'hésitez pas à parler à votre voisin de soirée, partager des cafés, aider des inconnus... bref intégrez vous !"
     
  • "les projets sont importants et les cours aussi."
     
  • "garder un bon groupe d'amis pour travailler, réviser, s'épauler, se rassurer, échanger"
    OUI !!!
     
  • "Avoir en mémoire l'importance du rôle des délégués et s'y référer en cas de doutes, problèmes relatifs aux études. Ils sont le trait d'union avec la Direction."
     
  • ​"Savoir lire de l'Anglais."
     
  • "Ne pas se laisser abattre niveau moral. Ma technique c'était d'imaginer à quelle point ma note serait bonne si je devais refaire le même projet."
    Voilà une réflexion qui est intéressante. Il est clair qu'on apprends plus de ses échecs / de ses tatonnements que de projets trop faciles. Celui qui recopie le programme d'un autre a tout faux. Celui qui bute sur les sujets difficiles et arrive suffisamment à les maîtriser sans forcément les résoudre est sûrement très bien "sensibilisé" / "formé". Reste cependant le cas de celui qui perd pied et ne comprends rien. Ce dernier doit absolument demander de l'aide à ses YAKA/ACU et/ou à ses collègues de promos. 
     
  • "Aller parler à la pédagogie quand ça va pas tip top. Il y a des gens réellement bienveillants qui sont là pour vous écouter et qui contrairement aux délégués, ne sont pas noyés dans l'ING1 aussi."
    Intéressant que ce soit un délégué qui écrive cela je trouve... Pour rappel vos deux contacts clefs sont :
    • l’adjointe à la direction des études du cycle ingénieur, Assia Touil-Spicher, sur les sujets « résultats »
    • la responsable pédagogique, Hélène Vaury, sur le cas des étudiants proches du « ras le bol » ou en difficulté (santé, risque d’abandon) .
       
  • "Ne pas jouer avec le feu avec les assistants, mais ils sauront vous le faire comprendre."
    Là je ne suis pas sûr de comprendre, mais je pense que vous vous pourrez...
     
  • "Un projet abandonné, c'est plus grave qu'un zéro. La pédagogie fait bien la différence entre un abandon et un travail insuffisant."
     
  • "L'école cherche clairement à faire prendre conscience des limites notamment lors de la piscine mais nos jeunes n'ont pas forcément encore suffisamment de recul pour aller à l'encontre de ce qui leur est demandé, d'où un risque non négligeable pour leur santé physique et morale. (D'autant que visiblement, le coefficient de la piscine ne justifie pas tous ces efforts). Dédramatiser et les inciter à s'écouter un minimum me parait important..."
     
  • "Les 4 premiers mois d'ing1 sont les plus éprouvants. On a beaucoup de projets et la pression exercée par les ACUs (les assistants durant le premier semestre) est constante. Il faut savoir y faire face et résister aussi à la fatigue. Il y aura de nombreux moments de grosse fatigue et de doute où on peut avoir l'envie de tout lâcher, il faut en parler à ses proches (parents ou amis) et surtout ne pas rester dans son coin."
     
  • "Une dernière chose est que le travail en groupe est très important, il ne faut pas hésiter à poser des questions aux autres durant les projets et essayer, en retour de les aider également. Les projets ne sont pas faits pour êtres faits seuls, dans son coin."
     
  • "S'intégrer le plus vite possible, trouver des personnes avec qui travailler, ne pas trop faire attention aux résultats mais plutot a ce que vous avez appris et à ce que vous savez faire de plus qu'avant ces 4 mois.."
     

Rôle d'un Parent d'Epitéen sur cette période :

  • "Pour les parents : gardez la foi !"
    Trop facile ! Même si je suis le premier à précher le "lâcher prise", je considère que les Parents d'Epitéens doivent savoir accompagner leurs enfants notamment dans leurs périodes de doutes / de stress. Tout en essayant de ne pas trop "en rajouter"...
    Donc je réponds à notre Epitéenne de la 2016 : "Reste le cas des gros craquages / les envies d'abandonner ou encore les personnes exténuées. Il fait selon moi avoir des repères (des autres promos) et du soutien moral (de la compréhension des amis et de la famille)."
    Et là elle répond :
  • "Oui totalement, ne pas oublier de relativiser et ne pas hésiter à aller voir Hélène, Assia ou même Dujardin (moins accessible) qui peuvent toujours donner de bons conseils!".
    Il s'agit de :
    • l’adjointe à la direction des études du cycle ingénieur, Assia Touil-Spicher, sur les sujets « résultats »
    • la responsable pédagogique, Hélène Vaury, sur le cas des étudiants proches du « ras le bol » ou en difficulté (santé, risque d’abandon) .
       
  • ​"rester présents, si l'étudiant ne peut pas rentrer, aller lui rendre visite mais ne peut attendre de lui qu'il soit disponible pour ses parents... Je sais ce n'est pas facile à concevoir et pourtant c'est souvent la réalité.
    S'il est ok, en profiter pour faire les courses, la lessive (s'il faut aller à la laverie), un repas au resto pas loin de l'école."
     
  • "Discuter de tout et de rien,donner des nouvelles de la famille, ne pas focaliser les discussions sur le travail et les résultats. Pour cela le blog est ultra pratique, les parents sont déjà informés, les discussions sont facilitées, on va à l'essentiel. Il sait que ses parents suivent et donc s'intéressent à ses études, et peuvent lui apporter également des infos, mais oui !"
     
  • "Lui répéter,( de temps en temps !!), de prendre soin de lui avec un minimum d'heures de sommeil et une nourriture la mieux équilibrée possible".
     
  • "N'en demandez pas trop à votre enfant. Durant les quatre mois premiers mois, une soirée par semaine pour voir ses parents, c'est déjà très difficile à tenir. Les dimanches après-midis sont connus pour êtres libres de tout projet. En pratique, la plupart des étudiants ont envie de dormir le dimanche après-midi."
     
  • "Expérience de parent passé par là : l'année à été franchement difficile et nous avons mis du temps à trouver des stratégies de présences constructives: partager un resto (rapide); faire un tour dans le quartier( parfois 10 minutes) parce que un contact visuel vous en dis long, être dispo (tout le temps) ; demander de l'aide aux autres parents via le blog car sentir que l'on n'est pas seuls est aussi important pour nous. Même si le discours de l'école est "plus de parents, ils se débrouilles" restez très vigilant, c'est vous qui le connaissez le mieux et qui pourrez déceler ses besoins."
    Tu as 100% raison Jocelyne. Et quand on sait quand être présent, et de quoi leur parler, alors c'est encore plus intéressant je trouve. C'est la logique de notre blog (comprendre dans quel monde ils vivent, quels sont les sujets de leur actualité, comprendre ce qui est pour eux leur "normalité") et nous comptons sur nos Parents des Forums Privés pour nous informer des grands événements qui les attendent au fil de l'eau afin de savoir quand être le plus vigilant / le plus présent. 
     
  • "Garder le contact tant que possible : pas toujours facile en raison d'heures de cours hors normes et de rares moments de liberté passés à dormir !"
     
  • "Le Parent d'Epitéen doit pouvoir suivre son enfant. En effet, l'ing1 est une période difficile et l'étudiant doit pouvoir se sentir aidé et écouté. Le rôle du parent va être, par exemple, de redonner de la motivation à son enfant durant les moments les plus difficiles."
     
  • "Etant de nature assez indépendante, je n'ai pas beaucoup de conseils à donner..je dirais simplement que l'année est lourde, stressante et que la pression est élevée, donc, accompagner l'étudiant de manière à ne pas alourdir ce qu'il subit déjà (et si possible, à aller dans le sens inverse), c'est déjà bien !".
     
  •  "Notre fils nous a dit en fin d'ING1 : cette année m'a demandé beaucoup de travail. J'ai mis sa vie entre parenthèse durant 1 an, mais  les résultats sont là et c’est très satisfaisant.".
    Cela me rappelle mes 2 années de prépa scientifique classique, avec comme seul objectif les concours des grandes écoles.
     

Conseils complémentaires de Parents d'Epitéens de la promotion 2017 en vrac :

  • « En ING1 il faut TRAVAILLER. Rien à voir avec la Prépa. »
     
  • « Prévenir les élèves : Rien à voir avec la prépa. En Ing 1 : Tu vas coder , coder , coder. Comme pour un futur chef d'orchestre, il faut faire ses gammes pendant des heures et apprendre de nombreux instruments»
     
  • « Oui, effectivement mon fils a pu profiter du break de Noël pour se ressourcer. Le premier semestre a été très difficile, piscine pour débuter et ensuite une charge de travail énorme (projets etc.) sur plusieurs mois. Pour ce qui est des partiels, il a du attendre plusieurs mois pour avoir les résultats. Le second semestre a semblé aussi difficile à gérer (projets, partiels, TOEIC, rattrapage, etc.), mais il nous a semblé plus Zen. Et nous on avait laché prise... »
     
  • « Je crois qu’il est important de prévenir les parents et les futurs étudiants dès l’entrée à EPITA du rythme et des horaires de travail nécessaires dans l’école. C’est un rythme qui peut être déstructurant pour certain. »
     
  • « Prévenir que beaucoup des cours sont en anglais (même si c'est très bien, cela surprend un peu au début!) »
     
  • « Il faut beaucoup de motivation et faire attention à sa santé. Bien se reposer avant l’entrée en ING. Et ne pas trop tirer sur la corde car elle peut casser»
     
  • « Pour résumer, mon message (général à tous les parents) est le suivant : si votre fils/fille a la chance d'habiter encore chez vous ou pas trop loin, dites-vous qu'il a déjà bien de la chance (même s'il ne s'en rend pas compte). Le soutien logistique que vous pouvez lui apporter est un atout pour sa réussite. Mais sinon, sachez qu'il ou elle se débrouillera très bien quand même ! »
     
  • « Il est très important d'insister sur l'absolue nécessité de se trouver proche de l'école pour cette ING1. Mon fils qui craignait la piscine a trouvé cela, certes fatigant, mais générateur de soutien et de cohésion. Il a finalement bien aimé cette période.»
     
  • « Participer à une JPO. Nous l’avons fait avant qu’il ne rentre en prépa et on savait que le 1er semestre était vraiment difficile pour en avoir discuté avec des ING1 et 2. Cela l’avait un peu effrayé mais 6 mois diff sur 5 ou 3 ans d’études, il fallait tenter.»
     
  • « Hébergement INDISPENSABLE près du site KB pour la piscine, quitte à louer une chambre d’hôtel à 2 ou 3 (Certains l’ont fait cette année) pour en réduire le coût. Il y a pas mal d’hôtels et en anticipant c’est moins cher.»
     
  • « Pour ce qui habitent loin (je ne connais pas la distance ou le tps de trajet minimum), il y a la possibilité de valider le projet à distance (pas pour la piscine, ni pour les rushs). »
     
  • « Est-ce que son enfant a discuté avec des étudiants plus anciens ? connait-il le rythme ? Si non, alors il faut qu’il s’en occupe. »
     
  • « Trouver une location très proche de l’EPITA et se reposer pendant les vacances avant. »
     
  • « S'accrocher car malgré les difficultés, la motivation leur permet de connaître leur capacité de travail (nous n'aurions jamais cru nous inquiéter un jour de voir notre fils trop travailler!). Habiter ou le loger à côté si c'est possible ! »
     
  • « Mon enfant a des soucis de santé. Rien n’a été fait pour l’aider concrètement. Et à chaque fois qu’il ne pouvait pas venir à l’école il devait aller voir le médecin pour obtenir un justificatif alors que sa maladie est « connue ». Un fois j’ai du amener mon fils à l’hopital, et le médecin a presque exigé qu’il arrête et se repose. Il ne l’aura pas fait. Que de stress pour nous. »