Introduction de M. Dujardin

M. Dujardin a présenté aux Parents d'ING1 les résultats d'un sondage juste après la piscine de 2015 qui dit que :
  • Les élèves sont globalement satisfaits de la période "piscine" en début de cursus - note de 7,6 / 10
  • Sur l'apport technique de cette épreuve : 55% tout à fait satisfaits, 29% assez satisfaits et 16% assez peu satisfaits - note globale de 8,3 / 10
  • Sur l'apport de cette épreuve sur l'ambiance de la promotion : 43% tout à fait satisfaits, 33% assez satisfaits et 24% assez peu satisfaits - note globale de 7,7 / 10
  • Sur l'organisation générale de l'épreuve : 28% tout à fait satisfaits, 39% assez satisfaits et 34% assez peu satisfaits - note globale de 7,0 / 10

Je pense pouvoir confirmer de part les très nombreux échanges que j'ai eu autour de mon blog que les jeunes Epitéens qui l'ont faite aiment la piscine, et que la majorité des élèves de SPE l'attendent avec grand intérêt. je me permets recopier ci joint les articles clefs sur ce sujet venant du site de l'EPITA. En utilisant les liens vous aurez même les photos (du moins que les liens seront actifs)...

Vous trouverez sur notre Forum, un sujet entier qui est en co-construction sur ce sujet dans le thématique "Conseils généraux aux parents de SPE / Que peut-on dire sur la piscine - compléments" qui vous donnera un avis complémentaire (compilation de retours d'élèves d'ING1 et de certains parents).


 

La Piscine 2015 de l'EPITA : un plongeon dans le grand bain pour les étudiants de 3e année

Ci joint l'article officiel : Article de www.EPITA.fr - La piscine 2015 ainsi qu'une vidéo très bien faite sur Youtube Vidéo Piscine 2015 sur YouTube. Je me permets de recopier le texte de l'article pour une lecture plus facile

Du 14 au 25 septembre, les étudiants de 3e année, la première du cycle Ingénieur de l'EPITA, ont découvert la Piscine, cette période charnière de leur cursus où ils consacrent quasiment 20 h par jour à développer leurs compétences en informatique pour aller jusqu'au bout de leurs limites.

Il est 14 h passées ce mercredi 23 septembre. Dans les salles d'informatique du campus technologique IONIS Education Group - Kremlin Bicêtre, beaucoup d'EPITéens travaillent encore tandis que certains, penchés sur leur clavier, dorment désormais à poings fermés. Il faut dire que la période de rush de la Piscine touche à sa fin : d'ici une dizaine d'heures, le dernier des trois projets secrets ayant animé leur quotidien depuis plus d'une semaine sera à rendre et les étudiants pourront enfin penser à se détendre lors d'un week-end d'intégration bien mérité. Chez la grande majorité des participants, on trouve quelques signes de fatigue (un nez qui coule, des petits yeux, un débit de parole moins vif qu'à l'accoutumée), mais chez tous ceux qui sont encore éveillés, on note surtout une énorme satisfaction d'avoir surmonté cette épreuve mythique.

La fatigue, mais avec le sourire
Mehdi Bounacer et Stanislas Girard (EPITA promo 2018) sont de ceux-là. « On a eu trois projets : deux en amont puis un dernier qu'on nous a annoncé à 10 h ce matin et qu'on doit rendre pour 5 h 42 demain matin : c'est bientôt la fin, explique Stanislas avec le sourire, heureux de voir enfin le bout d'un tunnel qu'il appréhendait. Avant de commencer la Piscine, on imagine que c'est intense mais, une fois qu'on est dedans, c'est différent : la fatigue, dormir 2-3 heures par nuit, ça attaque forcément un peu. On était prêt mais la réalité fait quand même mal ! »
« On a appris beaucoup de choses et tout s'est enchaîné très vite, ajoute Mehdi. Pour suivre, il faut vraiment être attentif à tous les cours car chacun d'entre eux est indispensable. Après, c'est sûr que qu'il y en a de moins évidents que d'autres, que des notions peuvent être plus compliquées... J'ai coulé par moment mais je me suis forcé à remonter ! » Redoutable sur le papier, la Piscine l'est donc tout autant, si ce n'est plus, une fois qu'on plonge dans le grand bain.

Des 5es années pour guider les étudiants
Julien Dubois (EPITA promo 2016) est déjà passé par là. Actuellement en 5e année, il fait partie des accompagnateurs de cette Piscine 2015, les fameux ACU censés guider les étudiants. « Il faut savoir que la piscine, ce n'est pas la partie la plus facile de l'année mais les étudiants de cette promotion s'en sortent bien globalement, estime-t-il. Les différents projets leur permettent de comprendre quelles sont les bases de langage et comment marchent des fonctions qu'ils auront à utiliser quotidiennement dans leur cursus. Pour ma part, la Piscine m'a permis d'apprendre à travailler proprement, à coder en C avec toutes les normes qu'on a actuellement alors que je n'avais jamais utilisé ce langage auparavant. Il faut bien revoir les bases et essayer de suivre les conseils et deadlines donnés : cela sera lors de cette période mais aussi tout au long de l'année qui suit. Plus généralement, la Piscine m'a aussi permis de voir quelles étaient mes limites en matière de capacité de travail. »

Connaître ses limites : un atout les futurs ingénieurs
Plus qu'un simple exercice, la Piscine est donc avant tout un bon moyen de se tester et connaître ce dont on est capable. « On voit beaucoup de notions en très peu de temps, on nous apprend à être rigoureux, avec des méthodes et des outils pour être efficace dans le code, mais surtout, on dépasse nos limites et on peut voir nos capacités en période de stress », analyse Lucas Marty (promo 2018) entre deux étirements salvateurs. « Si demain, tu me dis on se lève à 5h du matin après avoir dormi quelques heures, je sais que je serai autant productif que si j'avais dormi 7 ou 8 heures », s'amuse pour sa part Stanislas.

Des combines pour tenir le coup
Enfin, outre le travail, chacun possède sa petite méthode pour éviter de boire la tasse. « Il faut garder confiance et ne surtout pas rester seul, avertit Lucas. Il faut s'ouvrir aux autres car on est tous dans la même galère ! D'ailleurs, j'adore l'ambiance qu'il y a : on peut demander de l'aide aux ACU, à son voisin. Tout le monde est sympa et essaie de rester positif même avec la fatigue qui s'accumule. » Et s'ils sont nombreux à confier faire appel aux vertus du café ou des barres énergétiques pour tenir le coup, d'autres comptent sur... des peluches ! « La peluche, ça aide à prendre du recul et à détacher les yeux de l'écran pour faire le point, glisse Mehdi. C'est bénéfique car, quand on se prend la tête sur un problème, il faut savoir s'aérer l'esprit et souffler un peu ! »
 

Week-end d'intégration 2014 de l'EPITA : 300 étudiants réunis pour faire la fête avec l'administration et les associations !

Ci joint l'article officiel qui décrit la fin de la piscine : Week-end d'integration 2014 : la fete après la piscine que je me permets lui aussi de recopier pour une lecture plus facile

Les 26, 27 et 28 septembre, près de 300 étudiants du cycle Ingénieur de l'EPITA partaient effectuer leur week-end d'intégration sous le soleil du Périgord dans un très grand camping.Romain Zaouali (EPITA promo 2016), président du BDE organisateur de l'événement, revient sur ce moment hautement festif.

Qui était présent lors de ce week-end ?
Il y avait beaucoup d'ING1 - soit les étudiants de 3e année de l'EPITA - qui venaient de terminer la piscine, quelques ING2 et ING3, pas mal de membres d'associations (La Paillotte, Soul of Sound, Unisson, le Club Ephemere venu faire les photos, etc.) en plus de ceux du BDE et aussi des membres de l'administration venus nous aider, dont Laurent Trébulle, directeur relations entreprises et Joël Courtois, le directeur général de l'école que nous avons jeté à l'eau comme le veut la tradition !

Quelles étaient les activités que vous aviez prévues pour les étudiants ?
Il y en avait pas mal, surtout en extérieur ! On avait des blobs, ces énormes bouées qu'on met sur un lac - une personne s'assoit dessus et se retrouve projetée dans les airs quand deux autres personnes sautent sur l'autre extrémité -, une grande piscine avec des toboggans, un ventriglisse, des canoés, du paintball, du foot, du rugby, du volley, du tir à la corde, etc. Il y avait aussi de la musique - on avait mis à disposition un clavier, une batterie et une guitare pour ceux qui voulaient jouer - et même un concours de conception de radeau avec des bidons, des cordes et des cageots ! Tout était vraiment fait pour que les étudiants puissent décompresser.

Tout s'est donc déroulé comme prévu ?
Oui ! D'autant que les étudiants étaient vraiment agréables durant ce week-end et comprenaient bien que ce n'était pas non plus évident d'organiser tout ça : ils ont vraiment joué le jeu et n'en ont pas fait qu'à leur tête. Les associations présentes ont aussi très bien encadré les gens et étaient vraiment disponibles. Tout le monde s'est vraiment donné à fond, d'où cette belle réussite. J'en suis très content, comme toute l'équipe du BDE. D'ailleurs, il faut souligner l'incroyable boulot réalisé par Cédric Palson (EPITA promo 2016) qui était justement le responsable du week-end et qui a fait énormément de nuits blanches pour que tout soit parfait.